Horaires

mardi - mercredi - vendredi - samedi

de 10h à 18h (en continu)

Le jeudi

  • de 14h à 18h du 1er octobre au 31 mars
  • de 14h à 20h du 1er avril au 30 septembre

Besoin d'aide ?

aide.png

Espace América

section-america.jpg

  

Un centre documentaire sur les Arts et les Cultures de l’Amérique Latine.

 

Littérature contemporaine (en espagnol et en français)

Films de fiction ou documentaires 

Musique 

Livres d’art contemporain (en espagnol)

Cartes, revues ...

 

Trois publications permettent de découvrir ce fonds exceptionnel :

 

Note Latine, publiée sur le site de la médiathèque et archivée sur le blog l'Ouvre-Muraille, propose des notes de lecture sur la littérature latino-américaine traduite en français.

 

Criminales, publiée sur le site de la médiathèque et archivée sur le blog Apuntes delictivos, propose des notes de lecture sur la collection "crimen y literatura" du fonds América.

 

Chronique de l'Ame, bulletin documentaire trimestriel qui propose des parcours de découverte du fonds América, à consulter sur place...et à emporter si on le souhaite.

 

Tout au long de l'année des animations, en entrée libre, sont organisées pour connaître la richesse culturelle de l'Amérique Latine : club de lectores, projections, cycle cinéma  Doc Latino en été, exposition, rencontres...

L'Espace América est à la disposition des enseignants pour toute activité pédagogique.

Emprunts avec la carte d’adhérent à la médiathèque. Prêt inter-bibliothèques.

 

Criminales: "Salón de Belleza" de Mario Bellatin

(Tusquets, 1994)

 

El mexicano Mario Bellatin es uno de los escritores más insólito y dotado de la literatura latinoamericana actual. Cada uno de sus libros construye un universo cerrado donde rige la sola poética.

En esta novela un peluquero cuenta como fue transformando poco a poco su salón en un moridero. Una historia que tiene como trasfondo la epidemia de sida. Aunque no haya ninguna mención directa en el texto de esa enfermedad, varios indicios la evocan : El peluquero es homosexual, todos los enfermos son hombres y, sobre todo, muchos padecen una enfermedad viral y mortal. La novela fue escrita en 1994. O sea al salir de la década negra en la cual surgió el sida y fueron aislados y rechazados los enfermos. El propio Bellatin cuenta como nació el libro : Partí de una noticia que encontré en un diario. Allí decía que había un peluquero que recogía enfermos de Sida en un barrio marginal de Lima. Esta anécdota me pareció que podía ofrecer un espacio rico para crear. A partir de ese momento ingresó mi propia invención » 

 

El escritor peruano Paolo de Lima propone un análisis interesante de esa novela : “Aunque Salón de belleza es acorde con las leyes del no-espacio y no-tiempo con que el escritor rige su novelística, nuestra hipótesis es que con la construcción del Moridero [...] se alude a los aspectos mutilados, deficientes y estructuralmente deteriorados de las sociedades latinoamericanas

Paolo de Lima recuerda que « el sida se relaciona con un grupo de riesgo que ha llevado a cabo una conducta sexual reprochable ante los ojos de la sociedad. Algunos de los principales grupos de riesgo son los homosexuales, las prostitutas y los consumidores de drogas”. En la novela, varios elementos aluden a la marginalización social. El barrio donde está la peluquería es un barrio marginal. El origen del moridero reside en la estigmatización de un sector social ya que el peluquero empieza recogiendo homosexuales que han sido atacados por homófobos; decide convertir sur peluquería en asilo para que las personas atacadasno mueran “como perros en medio de la calle, o bajo el abandono de los hospitales del Estado". El moridero es atacado por los vecinos que temen la contaminación, etc.

Paolo de Lima añade un elemento : “En la novela, el hecho de que los enfermos carezcan de identidad y se presenten como parte de un grupo parece acentuar esta idea de enfermedad como castigo a un sector de riesgo”.

Es de señalar también que el moridero es un espacio quese opone al espacio social normalizado ya que el peluquero no quiere que intervengan asociaciones caritativas o instituciones estatales. Una de sus preocupaciones es imaginar lo que va a pasar con el moridero cuando él, a su vez, sucumba a la enfermedad : no le gusta nada la idea que religiosas lleguen a encargarse del moridero y hasta piensa que tendría que quemarlo para que esto no ocurra.

 

Si la novela da pocos elementos referenciales, como lo indica Paolo de Lima, encontramos indicios que permiten ubicar el relato en una realidad social precisa. Es el caso cuando leemos que los travestis sufren los ataques de las “Bandas de los Matacabros” porque ese término de “cabro” es usado en Lima “para designar a los homosexuales, en especial a quienes se trasvisten para ejercer la prostitución callejera”. Esa contextualización del relato resalta la dimensión de denuncia social que tiene el relato : “Llama la atención también que los padres de estos mismos "jóvenes matacabros" sean los propios clientes de esos travestis prostituidos. Padres y señores de la burguesía que abusan sexualmente de ellos cuando niños, como el caso de un amigo del protagonista, a quien violaron en las duchas de un Baño Turco "de categoría" a la edad de trece años. Otro de los "huéspedes", abandonado luego de contraer la enfermedad, había sido utilizado por su amante para "transportar cocaína oculta en su cuerpo" hacia el extranjero”.

 

Es notable en la novela que sea el peluquero mismo, y solamente él, quién fija las reglas que rigen el Moridero :“Como creo haber dicho en algún momento, los médicos y las medicinas están prohibidos en el salón de belleza. También las yerbas medicinales, los curanderos y el apoyo moral de los amigos o familiares. En ese aspecto, las reglas del Moridero son inflexibles. La ayuda sólo se canaliza en dinero en efectivo, golosinas y ropas de cama. No sé de dónde me viene la terquedad de llevar yo solo la conducción del salón”. Esas reglas rígidas no se explican si no se tiene en cuenta que el moridero es un espacio simbólico de la existencia misma ya que pasa de ser un espacio dedicado a la belleza, una peluquería, a ser un espacio dedicado a la muerte, un moridero.

Paula Rodríguez-Abruñeiras de la universidad de Wisconsin-Milwaukee, autora de un estudio titulado Enfermedad, identidad y simbolismo en Salón de belleza, de Mario Bellatin introduce de la manera siguiente sur investigación : “En la lectura de la novela, tres aspectos se revelan como primordiales: el simbolismo que los peces adquieren en la narración, la enfermedad que avanza de forma imparable y el tratamiento de la identidad (individual y colectiva) que se va trazando de la mano de estos otros dos aspectos.” En la novela, el peluquero expone con muchos detalles su interés por los peces que empezó a comprar para decorar su salón de belleza. La investigadora muestra cómo esa temática de los peces resulta la temática la más intimista del relato : los colores, los estados de ánimo, las vivencias de los peces reflejan las etapas claves de la vida del narrador. “Así, no es fortuito que cuando el narrador descubre su afición por los peces se decante por aquellos que poseen colores llamativos y que aportan alegría y jovialidad al Salón. Su primera adquisición son Gupis Reales, peces resistentes y de gran colorido. […] Sin embargo, hacia el final de la novela, este colorido va desapareciendo y deja paso a peces más oscuros, resistentes y agresivos como las Monjitas, las Pirañas Amazónicas y los Ajolotes”.

Siguiendo este hilo, otra temática central aparece : la belleza y la feminidad. En el auge del salón, los peces eran vistosos y llenos de colores como lo podía ser el propio peluquero cuando se vestía de mujer para salir de noche. La meta del peluquero era proponer a sus clientas un lugar donde se sintieran embellezidas. Cuando el salón se vuelve moridero, el peluquero se niega a recibir mujeres enfermas y lo explica de esa manera : "un salón que había embellecido hasta la saciedad a las mujeres, no iba pues a echar por la borda tantos años de trabajo sacrificado". Por otra parte, a medida que avanza la enfermedad del peluquero, él renuncia a salir vestido de mujer. Todos esos elementos edifican poco a poco unas parejas antinómicas - Salón de belleza versus moridero, belleza versus deterioro físico, feminidad versus despersonalización. El salón de belleza y sus mutaciones funccionan como un símbolo de la existencia misma.

 

Mario Bellatin

 

Peces enclaustrados, cuerpos putrefactos y espacios simbólicos marginales en una novela latinoamericana de fin de siglo de Paolo de Lima

 

Enfermedad, identidad y simbolismo en Salón de Belleza, de Mario Bellatin de Paula Rodríguez-Abruñeiras

 

Sida: Historia de una invisibilización

 

Programme Animation América Nov-Déc 2017

Parcours documentaire : Écriture du crime dans la littérature colombienne

De septembre à novembre 2017, Espace América

L'Espace América publie un bulletin documentaire trimestriel qui invite à une exploration thématique des collections : Chronique de l'AME. Comme c'est l'année de la Colombie, le bulletin montre comment la littérature colombienne se fait le relais de la violence qui marque son histoire.

Une série qui propose une entrée possible dans la collection « Crimen y literatura » de l'Espace América.

 

Projection : « Cuba, l’espoir est un métier » de Sonia Paramo (52 min., version doublée)

Samedi 4 novembre 2017, 16h, Auditorium

Cuba change, Jorge Perugorria, l’acteur emblématique du film Fresa y Chocolate , enquête dans sa ville, cette Havane splendide et misérable et nous invite à découvrir les difficultés et les espoirs des Cubains, ces acteurs incontournables des changements en cours…

Projection en présence de la réalisatrice et directrice de la société Les films Figures libres et des auteures : Libia Matos et Rubi Scrive- Loyer.

 

Exposition : Ivan Torres

Du 7 novembre au 28 décembre 2017, Hall d'exposition

Ivan Torres est un artiste mexicain installé en France depuis 2004. Il compte déjà plusieurs expositions dans l'hexagone et il a exposé aussi à Guadalajara, à Francfort et à Barcelone. Peintre autodidacte, il conçoit sa peinture comme une passerelle entre ses origines et son expérience française. Pour lui, la peinture est une philosophie de vie, un chemin chromatique qui permet le partage.

 

Cine du Jeudi : « Los Herederos - Les Enfants héritiers » de Eugenio Polgovsky (V.O.S.T., 1h30)

Jeudi 9 novembre 2017, 15h30, Auditorium

Sans commentaire, lyrique et beau, ce film, tourné dans différentes régions du Mexique, montre le travail des enfants aujourd'hui dans le monde rural mexicain. Un film primé dans plus de vingt festivals. Le réalisateur mexicain dont la filmographie montre l'humanisme est décédé cet été prématurément.

 

Club de lectores : Amores mexicanos

Mardi 14 novembre 2017, 10h30, Espace América

Une fois par mois, un club de lecture en espagnol pour découvrir la littérature latino-américaine. Un thème et la bibliographie qui l'accompagne sont à votre disposition à l'Espace América.

 

Festival Belles Latinas : Rencontre avec l'écrivain Myriam Montoya

Samedi 18 novembre 2017, 16h, Auditorium

Poète, romancière et traductrice, Myriam Montoya est née en 1963 à Bello, en Colombie. Elle est installée en France depuis 1994. Une anthologie de son œuvre poétique a été publiée en France, en 2004 : Vengo de la noche / Je viens de la nuit . Son premier roman, La fuite, a été publié en 2011, aux éditions La Dragonne. Un roman qui fait la part belle aux personnages féminins.

Cette rencontre s'inscrit dans le programme du 16e Festival des Belles Latinas, festival littéraire organisé, au mois de novembre, par les Nouveaux Espaces Latinos.



Parcours documentaire : Présence amérindienne

De décembre 2017 à février 2018, Espace América

L'Espace América publie un bulletin documentaire trimestriel qui invite à une exploration thématique des collections : Chronique de l'AME. Pour cette nouvelle série, nous nous intéresserons au monde indigène aujourd'hui.

 

Club de lectores : Mario Bellatin

Mardi 12 décembre 2017, 10h30, Espace América

Une fois par mois, un club de lecture en espagnol pour découvrir la littérature latino-américaine. Un thème et la bibliographie qui l'accompagne sont à votre disposition à l'Espace América.

 

Note Latine : "La fuite" de Myriam Montoya

Titre original : La huída

Traduction de Stéphane Chaumet

(La Dragonne, 2011)

 

Originaire de Colombie, Myriam Montoya a réalisé ses premiers pas en littérature comme poétesse. Installée à Paris depuis 1994, son travail fut remarqué par Claude Couffon qui traduisit ses premiers ouvrages. Son premier recueil de poèmes Fugues/ Fugas est paru aux éditions L'Harmattan en 1997.

La fuite est son premier roman. Un roman qui nous plonge dans l'histoire de toute une famille populaire haute en couleur, en Colombie, dans les années quatre-vingts : parents, enfants mais, aussi, grand-mère, oncles, tantes, cousins...Une histoire où se côtoient la drôlerie et le tragique, la sensualité et la violence comme dans la vie même.

 

Myriam Montoya sera notre invitée le samedi 18 novembre 2018, à 16h. Invitation organisée dans le cadre du 16e Festival des Belles Latinas.

 

 

"De temps en temps Bernardo, en sortant du travail, allait boire des bières avec mes deux oncles José et Gustavo, ou avec d'autres employés. Après les rires, les blagues et les conversations qu'ont les mâles au comptoir, il lui venait à l'esprit, comme une épine, l'horrible idée que Consuelo pouvait être avec un homme à la maison. Il se sentait aux abois et pour lui, ça ne faisait plus aucun doute, Consuelo était en train de le tromper, il l'imaginait se trémoussant dans les bras d'un autre, dans le lit conjugal! Il se prenait alors la tête à deux mains et s'étouffait dans une crise de larmes, la peur le paralysait et là, vautré à la table d'un bar, il pressentait que tout était fini pour lui. Bernardo aurait été capable de rester sur place jusqu'à la fin de ses jours à pleurer la trahison de sa femme! Mais à ce moment-là ses compagnons de beuverie lui trouvaient toujours un taxi pour le déposer devant sa porte. Quand il débarquait complètement ivre et se trouvait devant Consuelo, il se jetait sur elle, la frappait au ventre, au visage."

Note Latine : "La soif primordiale" de Pablo de Santis

Titre original : Los Anticuarios

Traduction de Françoise Gaudry

(Éditions Métailié, 2012)

Écrivain, journaliste, scénariste de bande dessinée, directeur d'une collection de littérature jeunesse, Pablo de Santis est un des plus populaires représentants des lettres argentines actuelles. En 2007, il a obtenu le prix Planeta-Casamérica avec El enigma de París (Paru en français sous le titre Le cercle des Douze), un roman qui rend un hommage malicieux aux premiers romans policiers.

Pablo de Santis est un grand conteur qui sait captiver son lecteur. Dans La soif primordial, il revisite, pour notre plus grand plaisir, le mythe du vampire. Et on se demande si ce vampire soumis à la soif primordiale de son espèce n'est pas le reflet même du lecteur avide d'histoires ou de l'écrivain qui ne peut s'empêcher de les conter.

 

"Dans les romans policiers, tout est conspiration, complot, secret. Et tout finit par s'emboîter, par avoir un sens. Vous n'avez pas remarqué ces objets perdus, dispersés ici et là, un parapluie cassé, une chaussure sans lacet, une lettre de femme, une boîte d'allumettes? Ces objets qui semblaient être le fruit du hasard finissent par se changer en signes du destin. Ainsi, chaque fois que nous lisons, nous voyons comment tout se complète, nous nous permettons de rêver de l'unité perdue et retrouvée. Les romans policiers font semblant d'être rationalistes, mais ils sont tout ce qui nous reste de la mystique."

Note Latine : "La Gloire de Don Ramiro" de Enrique Larreta

Titre original : La Gloria de Don Ramiro

Traduction de Rémy de Gourmont

(Phébus, 1992)

Le jeune Ramiro, rejeton d'une noble famille, grandit sous le règne de Philippe II. Ce héros, fier de la pureté de son sang, ambitieux et exalté, ignore que son père est un sarrasin. Ce motif romanesque devient, ici, le prétexte à explorer "l'âme espagnole"  telle que pouvait l'entendre l'Argentin Enrique Larreta dont l'écriture garde l'empreinte du Romantisme : essentialisme de la nation, exotisme dans la mise en scène de la belle mauresque, correspondance entre les états du personnage et le décor qui l'entoure, etc.

Publié en 1908 en Espagne, traduit en français par Rémy de Gourmont deux ans plus tard, ce roman à succès a fait de son auteur un des premiers classiques de la littérature latino-américaine. En Espagne même, le livre ne fut pas très bien reçu : il peignait une nation qui célébrait l'austérité et la piété mais qui était surtout violente, intolérante et affamée de gloire tout autant matérielle que spirituelle. l'ouvrage voulait rappeler aussi les origines orientales de la civilisation hispanique.

 

"Et la misère et la faim grandissaient comme des fléaux de Dieu. Un sort malfaisant semblait stériliser la glèbe, arrêter les moulins, les tours, les tissages, disloquer les bras de l'artisan. Beaucoup ne savaient plus comment gagner leur subsistance et ils allaient la voler n'importe où. On vivait dans l'incertitude de la goulée ; le pain devint une proie. Les filouteries de la faim devinrent un art honorable et subtil qui eut son romancero et ses manuels, ses poètes et ses bacheliers. Le mal attaquait plus durement les hidalgos sans patrimoine, auxquels l'illustration et l'ancienneté de leur race ne permettaient pas de souiller leurs mains aux métiers. Plus d'un mangeait le rogaton que volait son page, et soupirait avec une tristesse pleine de dignité en humant au passage l'appétissant fumet des pâtisseries. L'étudiant imita pour vivre les ruses des chiens. Ses jambes de lévrier étaient la terreur des boutiques. Ce fut alors le temps glorieux de la marmite commune. Les couvents s'emplirent de moines et leurs porteries de mangeurs de soupe. L'hôpital et la prison furent recherchés comme d'heureux refuges où on mangeait régulièrement et comme par miracle. Des milliers de malheureux se façonnaient des pustules sanglantes ou commettaient des délits pour être nourris. Les rues étaient pleines de faux mendiants ; les campagnes, de faux anachorètes ; les ports d'hidalgos faméliques qui venaient demander une place sur les galions."

Note Latine : "Les visages de l'air" d'Alberto Ruy-Sánchez

Titre original : Los nombres del aire

Traduction de Gabriel Iaculli

( Editions du Rocher, 1987)

Alberto Ruy-Sánchez est né en 1951 à Mexico. Il a fait ses études supérieures à Paris et a été l'élève de professeurs tels que Roland Barthes, Gilles Deleuze ou Jacques Rancière. C'est une des grandes figures de la vie culturelle et intellectuelle mexicaine. Il dirige depuis 1988, la prestigieuse revue Artes de México consacrée aux richesses artistiques et culturelles du Mexique.

Son œuvre romanesque comprend une série qui constitue une exploration poétique du désir et qui a pour cadre Mogador, l'ancienne Essaouira. En 1987, le premier roman de cette série, Les visages de l'air (Los Nombres del aire) obtient le prix littéraire le plus important du Mexique, le prix Xavier Villaurrutia. Les titres suivants sont Les Lèvres de l'eau (En los labios del agua), La Peau de la terre (Los jardines secretos de Mogador), 9 fois 9 choses que l'on dit de Mogador (Nueves veces el asombro) et À mon corps désirant. La main du feu (La mano del fuego). Cette série d'une grande sensualité est présentée par l'auteur lui-même comme une œuvre artisanale qui cherche à souligner la continuité culturelle qui lie le Mexique au Maroc.

Note latine : "L'origine du monde" de Jorge Edwards

Titre original : El origen del mundo

Traduction d’Émile et Nicole Martel

(Les Allusifs, 2001)

 

Le Chilien Jorge Edwards, né en 1931, est un des auteurs du boom de la littérature latino-américain qui marqua les années 1960-1970. Écrivain, critique littéraire, journaliste, il fut aussi diplomate. Il a reçu en 1999, le prix Cervantès.

En 1971, sous le gouvernement de Savaldor Allende, il travailla à l'ambassade de Cuba mais dut rapidement renoncer à son poste pour ses critiques envers le régime. Il raconta cette épisode dans un livre intitulé Persona non grata (1973) qui provoqua une grande polémique parmi les intellectuels latino-américains.

Suite au coup d'Etat de Pinochet, Jorge Edwards s'exila à Barcelone.

L'origine du monde, paru en 1996, n'est pas son livre le plus représentatif mais on y trouve l'écho de ces années de luttes, de polémiques et d'exil. Le fil conducteur du récit est simple : Un vieil homme, alors qu'un ami à lui se suicide, réalise que celui-ci a été l'amant de sa femme...Mais c'est un livre qui aborde de multiples thèmes : le dogmatisme politique, la vieillesse, l'amitié, Proust, Don Juan, Courbet...et, surtout, la jalousie et les méandres du désir.

Note Latine : "Pétales et autres histoires embarrassantes" de Guadalupe Nettel

Titre original : Pétalos y otras historias incómodas

Traduction de Delphine Valentin

( Actes Sud, 2009)

 

Née en 1973, Guadalupe Nettel est une des plumes à retenir de la littérature mexicaine contemporaine. Ce recueil de nouvelles dont la traduction respecte toute la saveur est une bonne introduction pour qui veut découvrir son univers : des récits ciselés, sensibles et insolites où la poésie sait se nicher dans les choses les plus triviales. Son dernier roman est paru l'année dernière, chez Buchet/Chastel : Après l’hiver (Después del invierno).

 

Criminales : "El enigma de París" de Pablo de Santis

(Editorial Planeta, 2007)

 

Con esa novela el argentino Pablo de Santis rinde un homenaje travieso a toda la novelística de investigación que inició el género : Edgar Poe, Conan Doyle, Gaston Leroux, Maurice Leblanc...Ubica su relato en la época misma en la cual emerge esa literatura, a finales del siglo XIX, cuando se afirma la fe en el progreso. Un período en el cual la admiración por la ciencia, la convicción positivista se acompañan de una fascinación por el misterio. Invitados para presentar su oficio y sus teorías en la ocasión de la Exposición Universal, los doce mejores detectivos del mundo se reunen en París. Uno de ellos aparecerá muerto después de una misteriosa caída desde la torre Eiffel entonces en construcción...

Una novela que tiene el encanto de las narrativas incrustadas de Scheherazade y que nos deja, gustosos, con la duda de haberlo aclarado todo.

Historia de la novela policíaca

Un recorrido por la exposición universal de 1889

Note Latine: Nazis dans la littérature latino-américaine

On trouve dans la littérature latino-américaine nombre de récits fictifs qui abordent le thème du nazisme inspirés de la réalité historique. Je voudrais mettre à la portée du lecteur une petite bibliographie en signalant, quand cela est possible, les traductions disponibles en français.

Les manières dont les auteurs du continent abordent ce thème peuvent être très variées : le Mexicain Jorge Volpi, dans son roman En busca de Klingsor (À la recherche de Klingsor, Pocket, 2003) se penche sur comment la science peut être mise au service du Mal. L'Argentin Pablo de Santis avec La sexta lampara s'intéresse au destin d'un architecte italien dont les théories vont rejoindre les idéologies totalitaires qui alors émergent dans la vieille Europe. Dans son roman Nombre de torero (Un nom de torero, Seuil, 1998)le Chilien Luis Sepúlveda nous propose un enquête qui trouve son origine dans la disparition d'un trésor de guerre. Retornamos como sombras (Nous revenons comme des ombres, Payot et Rivages, 2004) de Paco Ignacio Taibo II est un récit déjanté sur le Mexique des années 1940, quand le pays est sur le point de déclarer la guerre à l'Allemagne.

L'écrivain mexicain Pedro Ángel Palou a publié deux livres qui abordent le thème : Malheridos et El dinero del diablo (paru en français chez Lattes, en 2011, sous le titre L'argent du diable)Ce dernier s'intéresse aux intrigues de palais, en 1929, tandis que croît le pouvoir du Saint Siège à l'ombre de Mussolini et Hitler. L'enquête historique prévaut aussi dans l'ambitieux roman de l'Argentin Leopoldo Brizuela, Lisboa un melodrama, qui reconstitue les tensions de l'Europe en crise. On peut mentionner aussi le roman Los informantes (Les dénonciateurs, Seuil, 2015) du Colombien Juan Gabriel Vazquez qui enquête sur comment les États-Unis obligèrent son pays, durant la Seconde Guerre Mondiale, à confiner les citoyens allemands établis sur le territoire.

 

L'Amérique Latine fut un notable refuge pour les criminels du Troisième Reich au moment de la défaite et cette réalité historique est abordée dans le roman d'Edgardo Cozarinsky Lejos de donde (Loin d'où, Grasset, 2011) ou dans celui de Sergio GómezPatagonia, inspirée des recherches de María Soledad de la Cerda et qui revient sur la figure de Walter Rauffarrivé en Amérique du Sud en 1958 et dont la véritable identité fut découverte quatre ans plus tard : l'ex-officier nazi, inventeur des camions à gaz où furent assassinées des milliers de personnes, vécut au Chili jusqu'à sa mort en 1984.

 

Le nazisme posa de manière radicale le problème du Mal. Dans cette approche, il faut mentionner le roman de Jorge Volpi, Oscuro bosque oscuro qui fait du lecteur le complice d'un jeu macabre et le soldat d'un système sanguinaire. Mais l'auteur qui a le mieux exploité ce thème du Mal est le Chilien Roberto BolañoNombre de ses livres abordent le problème philosophique posé par le nazisme : La literatura nazi en América (La littérature nazie en Amérique, Christian Bourgeois éditeur, 2006) étant sans doute le plus emblématique ; Un livre qui soumet au lecteur une anthologie apocryphe de la littérature pro-nazie latino-américaine de 1930 à 2010. Ce thème du nazisme apparaît dans d'autres de ces romans : 2666 ( Christian Bourgeois éditeur, 2008) ou El tercer Reic(Le Troisième Reich, Christian Bourgeois éditeur, 2010)

 

Dans cette liste, il est important de signaler la nouvelle de Jorge Luis Borges: Deutsches Requiem. Cette nouvelle a été publiée à l'origine, en 1946, dans la revue argentine Sur, une revue emblématique de la vie intellectuelle argentine fondée par Victoria Ocampo en 1931 et qui parut jusqu'en 1992. En 1949, Borges inclut Deutsches Requiem dans son recueil El Aleph mais la nouvelle n'apparaît pas dans les éditions ultérieures du recueil, en 196et 1967. Pourquoi ?

Dans cette nouvelle, un nazi s'exprime pour expliquer la logique de ses actes et les valeurs qui les animent. Il se nomme Otto Dietrich zur Linde, c'est un soldat, un patriote. Il est condamné pour torture et assassinat. Il va être exécuté le lendemain matin. Il ne se considère pas coupable et il souhaite être compris. Alors, il raconte au lecteur sa vie et ses motivations. Choisir de donner la parole à un personnage aussi abominable est en soi-même un pari littéraire risquée...Quelle réception peut-on attendre d'un tel texte ?

Otto Dietrich zur Linde est un homme cultivé qui lit Nietzsche, Spengler et, surtout, Shopenhauer. Il est entré au Parti National Socialiste en 1929 et, en 1941, il a été nommé sous-directeur du camp de concentration de Tarnowitz. Son engagement politique, il le vit comme un sacerdoce : sa foi est grande en l'idéologie nazie et il est convaincu que sa mission est de participer à la construction d'un monde nouveau. Comme l'explique très bien une analyse lue sur un blog intitulé Noviembre nocturno, un blog en espagnol dédié au thème de la terreur, Otto Dietrich zur Linde “ a été une simple manifestation de l'Histoire, un simple instrument au bénéfice du progrès. Un progrès qui se gagne, selon son opinion, par l'élimination de toute pitié et de toute faiblesse, encarnées, selon lui, dans le judéo-christianisme. »

Le personnage explique qu'il ne lui a pas été facile de devenir un bon nazi, « je n'avais pas vocation à la violence ». Pour illustrer la difficulté qu'il a à se défaire de toute pitié, de toute compassion, à se défaire de son humanisme judéo-chrétien, il relate un épisode-clef : le moment où arrive au camp de concentration un poète juif qu'il apprécie, David Jérusalem. Otto Dietrich zur Linde dit : “Je ne sais pas si Jérusalem a compris que si, moi, je l'ai détruit ce fut pour détruire ma propre pitié. À mes yeux, ce n'était pas un homme, pas même un juif ; il était devenu le symbole d'une partie de mon âme que je détestais. J'ai agonisé avec lui, je suis mort avec lui, d'une certaine manière je me suis perdu avec lui ; c'est pour cela que je fus implacable. »

Sa conviction d'être là pour construire un monde nouveau l'amène à considérer l'effondrement de l'Allemagne comme une victoire pour l'idéologie qu'il défend : « Une époque implacable s'abat sur le monde. Nous l'avons forgée, nous en sommes les victimes. Qu'importe que l'Angleterre soit le marteau et nous l'enclume ? L'important est que la violence nous régisse, non les serviles atermoiements chrétiens. Si la victoire et la justice et le bonheur ne sont pas pour l'Allemagne, d'autres nations en profiteront ».

Beaucoup de nouvelles de Borges se caractérisent pour leur exploration des questionnements philosophiques mais, dans ce cas, et en 1946, l'exercice semble périlleux. Dans le blog Noviembre nocturno, l'article rapporte que le philosophe chilien Victor Farías fit une expérience avec le récit de Borges : il le donna à lire à un groupe de chercheurs sur le nazisme sans indiquer qui était l'auteur. Après la lecture, ils demandèrent qui était le S.S. qui l'avait écrit. Ils furent surpris d'apprendre que c'était un Argentin, dès 1946, qui avait pu rendre compte de manière aussi convaincante de l'idéologie nazi.

Borges, qui sans doute s'est rendu compte de toute l’ambiguïté de son récit ne l'a pas inclus dans les publications postérieures de L'AlephUn détail semble abonder cet argument : dans les notes de bas de page de l'éditeur fictif du récit, celui-ci explique qu'il n'a pas pu publier la phrase complète où Otto Dietrich zur Linde explique ce qu'il a fait subir au poète juif.